• Un anniversaire dont on a peu parlé, le 19 mars 1962, le cessez le feu en Algérie était décidé lors des accords d'Evian. Je  voudrais me souvenir aujourd'hui, de cette période qui a privé beaucoup de jeune de ma génération de leur jeunesse. J'ai fait cette guerre par correspondance, j'ai connu mon premier mari en 1960, 1 mois avant qu'il ne parte en Algérie, j'avais 17 ans, lui 21 et durant 2 ans nous avons eu une relation épistolaire. j'ai tremblé pour lui. Il était dans le Constantinois. Beaucoup de mes ami(e)s étaient dans la même situation, un de mes cousins y est resté, l'un de mes copains s'est pendu a son retour......  donc pour moi le 19 mars est un bel anniversaire car je savais que Roger allait rentrer en France.

     

    http://www.courrier-picard.fr/var/plain_site/storage/images/actualites2/telex/guerre-d-algerie-le-cinquantenaire-discret-d-un-passe-toujours-a-vif/6961997-1-fre-FR/Guerre-d-Algerie-le-cinquantenaire-discret-d-un-passe-toujours-a-vif_reference.jpg

     

    Ceci dit je comprenais que les algériens veulent leur indépendance, je manifestais dans les rues de Lyon pour la fin de la guerre en Algérie, je savais courir devant les CRS avec mes talons aiguilles en remontant ma jupe droite afin que mes enjambées soit plus longues.

     

    On me dit aujourd'hui, que le cessez le feu n'est pas la fin de cette guerre que d'autres exactions ont eu lieu ensuite. A cette période rien d'autre n'existait, notre jeunesse rentrait au pays. J'avais 19 ans je ne pensais qu'a nous.

     

    http://www.libeptt.org/stats/images/cessez%20le%20feu%201962.gif


     

    S'il y a des jours dont on se souvient toutes notre vie, ce dimanche 18 mars 1962, est gravé dans ma mémoire. je travaillais dans une banque, et a la suite d'un congré de mon syndicat, nous avions crée une section jeunesse. ce dimanche aprés midi nous organisions une "boum" au siège de l'UD-CGT, cours Lafayette à Lyon. Dans le bureau des dirigeants, les "vieux" attendaient l'oreille dirigée vers un poste à transistor ( le summun de la technologie a cette période).

    Nous on dansait, concours de rock'n roll, concours de twist....Lorsque l'un des dirigeants est arrivé nous annoncer la bonne nouvelle, dans le même temps il demandait si une dactylo de notre groupe pouvait venir tapper le communiqué, afin de le faire parvenir au journal "le Progrès". Je tremblais comme une feuille, et jamais je n'ai fait autant de fautes de frappe.

     

    Voici pourquoi pour nous le 19 mars est un jour à fêter. A 20 ans on ne pense qu'a soi. Nous nous sommes mariés le 2 février 1963, avec tous les rapatriés qui rentraient en France, il était trés difficile de trouver un appartement....

    Nous, trés égoistement, nous ne pensions pas a ces personnes qui avaient quitté leur pays avec juste une valise. les médias d'alors ne nous parlaient que de l'OAS, des gros colons qui avaient exploités les algériens durant plus de 120 ans, mais, assez peu des gens qui comme nous travaillaient dur afin de gagner leur vie. D'ailleurs je ne souveins que nous avions mal acceuilli ces personnes, avec leur accent chantant, cette façon de nous parler des algériens, tout cela me génait beaucoup. La haine transpirait dans leurs paroles.

    Avec le recul, et en prenant de l'age, je me mets à leur place, quelle horreur de devoir tout quitter en laissant ses morts et sa maison, avec juste une valise, et se retrouver dans un pays froid et hostile. Pardon Jacqueline !

     

    http://www.lindependant.fr/image/article/510x328/100349_image-1323363581046.jpg


     

    Et que dire de la façon dont notre gouvernement a abandonné les harkis, j'en ai encore honte, ou les a parqué dans des réserves comme les indiens aux USA.

    Lorsque j'habitais en Ardéche, il y avait l'un de ces camps non loin de Largentière. Il était situé loin de la ville au mileu des pierres et des buissons d'épines. Il fallait bien une heure à pied pour arriver au centre ville.

     

    http://cache.20minutes.fr/img/photos/afp/2007-04/2007-04-19/article_SGE.QOD19.190407164810.photo01.photo.default-512x391.jpg

     

    Grosses discussions avec mon fils Pierre, qui les qualifie de collabo. Ils étaient nés français, et voulaient le rester. Honte a nous.

     

    Robert a fait aussi cette guerre, il y est parti à 19 ans, lui aussi dans le Constantinois. Comme le mari de sa marraine était un élu communiste à Arles !!!!! il a été mis au magasin pour gérer l'habillement. Il était dans un régiment de tirailleurs algériens.  il y rentré en métropole assez rapidement aprés le cessez le feu car il y avait beaucoup de désertions parmi les tirailleurs qui partaient la nuit avec leurs armes. Il  a terminé son service à Epinal.

     

    http://www.temoignagechretien.fr/MEDIAS/ARTICLES/IMAGES/3611-ART_460_LARGE-L1-1036-L2-1036-9945.jpg

     

    Si Robert m'a souvent parlé de cette période, Roger mon premier mari, en parlait peu, je savais seulement qu'on lui a donné l'ordre de faire marché la gégène. Mais je comprends que la haine pouvait l'habiter lorsqu'il découvrait l'un de ses copains égorgé, les organes génitaux dans la bouche.

     

    L'homme est un loup pour l'homme.

     

    Il y avait longtemps que j'avais envie de vous parler de cette période de ma vie. Je ne suis pas croyante, mais je veux m'opposer de toute mes forces a l'islamisation de ma France.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Lorsque j'ai parlé de Visite d'une chartreuse, j'ai aussitôt entendu parler du digestif vert ou jaune de la grande Chartreuse.

    Non, non ce ne sont pas des hommes qui en ont parlé.

     

    Alors j'ai dit : " Je ne vais pas dans les alpes mais à 20km de chez moi à la Chartreuse de Sainte Croix en Jarez, dans le massif du Pilat.

     

     

    P1100461bis.jpg

     

    Monastère de l'ordre des Chartreux peandant plus de 500 ans Il devient entièrement laïc à la révolution lorsque les moines en sont chassés

     

    C'est Saint Bruno qui créa en1084 dans le massif de la Grande Chartreuse, il cherchait à "quitter les ombres fugitives du siècle pour se mettre en quête des biens éternels.

     

    Saint Croix est la 49 ème maison de l'ordre Chartreux.

     

    Pour tout savoir sur cette CHARTREUSE, cliquer ICI

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    vacances-dans-le-cantal-393.JPG

     

     

    Pour voir tous les détails en grand format  c'est ICI

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le jeudi chez les CROQUEURS DE MOTS on publie, nos poètes préférés ou, nos poèmes (texte et forme libres)

     

     

    C'est un peu bateau, mais ce poème m'a toujours remué au plus profond de moi. Ceux qui nous connaissent savent pourquoi.

     

     


     

    Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,

    Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.

    J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.

    Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.


    Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,

    Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,

    Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,

    Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.


    Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,

    Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,

    Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe

    Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

     

     

     

     

    http://ekladata.com/w75QbLhZsbNd_4LwKcSP2gTGN_M.jpg

     

     

    Victor Hugo en 1833

     


    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Actuellement je suis plutot commateuse, envie de rien, mal de tête, mal de ventre, mal de coeur, bref !!!!! ca sent le sapin. Le médecin est venu hier...... tout va bien, j'avais fait un bilan sanguin début janvier, un peu de cholestérol, mais c'est tout.

    De quoi me plains je ?

     

    j'ai une tête a faire peur, un vrai cactus, même l'infirmière qui vient faire la toilette de Robert m'a téléphoné ce matin pour me proposer de venir lever Robert, tous les jours. Elle m'a trouvé particulièrement fatiguée hier.

     

    J'aurais bien mauvaise confiance, de ne pas m'en occuper. les 4 matins que l'infirmière ne vient pas.

     

    Mardi, pendant qu'il faisait sa sieste, je suis montée au village prendre quelques photos.

     

    P1090205

     

    La Mairie, pas trés vieille, on sait que l'on est a Chassagny, c'est écrit dessous.

     

    je vous avais déja montré l'eglise, j'y reveindrais peut être.

    Mais voici le chateau. Il fait parti des  "VMF" vielles maisons de France. On ne le visite pas, il est privé.

     

     

    P1090217.JPG

     

    L'ancien chateau de Chassagny, probablement du 12 ème siècle, fut détruite en 1561 par le Baron des Adrets et reconstruit en 1570.

     

     

    P1090218.JPG 

     

    conservant de l'ancien chateau le donjon carré de coté.....

     

     

    P1090220.JPG

     

    Tout à l'égout

     

     

    P1090221.JPG

     

    L'entrée des communs

     

     

    P1090227.JPG

     

    L'entrée  du chateau , qui ne sert pas car l'entrée se fait par les communs

     

     

    P1090239.JPG

     

    les tours d'angles en bordure de route ont été en partie rasées sous la révolution.

     

     

    P1090240.JPG

     

    Le chateau du maître

     

     

    P1090242.JPG

     

    Au dessus de l'ancien pont levis et sur le vitrail de la chapelle du chateau, on peut voir les armoiries des derniers seigneurs.

    Dugas, Ravel de Montagny, du Marestn Duprat, de Bron

     

     

    P1090236.JPG

     

    le poulailler ici des oies qui n'ont pas été mangées à Noël

     

    bientot je vous montrerais les bassins qui étaient les douves du chateau.

     

     

    Le Baron des Adrets, un sacré phénomène


     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Un ermite, des invasions, un village niché à flanc de colline, un empereur, une vierge martyre, des reliques, un vol, un trésor, une abbaye, un pelerinage, un village.... en ces quelques mots se résume l'essentiel de Conques.



    Conques se situe en Rouergue sur les contreforts sud du Massif central en Aveyron, à la limite du Cantal.



    Aussi loin que remonte, sinon l'histoire du moins la légende, l'origine de Conques est scellée au seuil du 8ème siècle. Or les documents les plus anciens permettant  de retracer cette fondation datent seulement du début du 9 ème siècle.

     Le site est isolé dans un méandre de la vallée du Dourdou qui se jette dans le Lot.



    Alors que les sarazins sillonnent la vallée du Lot et de ses affluents, une petite communauté se réfugie sur le futur site de Conques. Mais ce groupe est attaqué par les arabes  et le lieu de culte est détruit.



    Un ermite Dadon, dont la famille a été décimée par les envahisseurs s'y installe, il est rejoint par d'autres. Dés 800, cette communauté forme un abbaye rapidement confortée par les faveurs de Louis le pieux, roi d'Aquitaine puis enpereur en 814. Ainsi la communauté relève directement de l'autorité du Pape.



    Sous l' Abbatiat d'Etienne 1er ( 942-984) l'édifice de Dadon et de Louis le Pieux devenant trop exigu, est remplacé par une nouvelle église. Cette dernière occupe la moitié de la surface dévolue à l'abbatiale actuelle.



    L'histoire des reliques de Foy

    Un moine conquois, du nom de d'Aronisde part pour Agen. Il se fait admettre dans la communauté Sainte Foy d'Agen. IL lui est confié la garde des reliques de la jeune martyre agenaise, Sainte Foy, martirisée à l'agede 12 ans pour sa foie chrétienne. Puis un jour de l'Epiphanie, aprés 10 ans  passés a gagner la confiance de la communauté, Aronisde profite d'un moment de solitude pour s'emaprer des reliques de la sainte. Il regagne ainsi Conques avec son précieux chargement, le 14 janvier 866.
    L'enthousiasme des fidéles pour les nouvelles reliques ne se fait pas attendre. Miracles et facéties ne tardent pas a être connus a travers la Chrétienté.



    Ainsi commence la vraie histoire de Conques.

    A suivre.....

    Durant nos vacances en Aout 2009, nous avons poussé jusqu'a Conques non pour un pelerinage car je suis athée, mais pour revoir plus en détail cette magnifique abbatiale.

    Bibliographie : Emmanuelle Jeannin et Henri Gaud
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Passionnée par l'histoire, et surtout par le moyen age, mes lectures qui sont nombrueuses, vont en priorité vers cette matière. Mes livres de chevet sont cette magnifique saga qui va de Philippe le Bel jusqu'à ce que mort s'ensuive, aprés la 13 ème génération.
    Ma collection de poche fait 7 volumes je les ai lu 7 fois en 35 ans. Ces livres là m'ont toujours suivi dans mes diverses pérégrinations. ils sont jaunis, écornés, sentent un peu l'humidité, mais ils sont toujours à portée de main. Et pour la 8 ème fois je les relis.
    Son auteur qui vient de quitter cette terre est Maurice Druon, il avoue avoir pour cela "engagé" quelques nègres, dont les plus connus sont Gilbert Sigaux, José André Lacour et Edmonde Charles Roux.

    J'ai bien entendu suivi avec ferveur l'adaptation faite pour la télévision en 1973. Désormais Robert D'Artois a les traits de Jean Piat, Isabelle de France,  ceux de Geneviève Casile et Hélène Duc ceux de Mahaut d'Artois.


     Par contre j'ai détesté la dernière version avec Torreton et Jeanne Moreau, j'étais beaucoup trop imprégné du jeu de Jean Piat et des acteurs de la première version.

    Un peu d'histoire. le 1er tome " Le roi de fer" raconte l'exécution de Jacques de Molay , Grand maître de l'ordre des templiers.

    Philippe le Bel qui guerroyait sans cesse avait de gros besoins financiers, et les templiers étaient immensément riches. CQFD. Aprés des procés truqués, il les fit bruler.

    « Pape Clément… chevalier Guillaume de Nogaret… roi Philippe… avant un an, je vous cite à paraître au tribunal de Dieu pour y recevoir votre juste châtiment !… Maudits ! Maudits ! vous serez tous maudits jusqu'à la treizième génération de vos races !… »

    Voici donc pour les capétiens les ennuis qui commencent.
    Marguerite de Bourgogne, épouse de  Louis le Hutin, et ses deux belles soeurs, Jeanne et Blanche de Bourgogne sont déclarées adultères, elles batifolaient avec les écuyers d'Aunay dans la tour de Nesle.  Marguerite mourra trés vite dans son cachot de Chateau Gaillard. Blanche fut enfermée dans un cachot puis transférée dans un couvent ou elle finira ses jours Quant à Jeanne de Bourgognes n'ayant pas participée aux orgies mais n'ayant pas dénoncée ses soeurs, elle fut enfermé dans le chateau de Dourdan.


    La tour de Nesles au XIV ième siècle.

    Il se trouve cependant que l'affaire des brus de Philippe le Bel est appelé à tort scandale de la tour de Nesles. Il se trouve que cette bâtisse ne fut pas réellement le théâtre de l'adultère des jeunes princesses.

    ainsi commençait, la prophétie de Jacques de Molay.....

    Si vous êtes intéressés, je vous raconterais la suite.





    .
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique