• LA BONNE DAME DE NOHANT

    D'aussi loin que je me souvienne, j'ai été passionnée par la vie de deux femmes.  Nées toutes deux au 19ème siècle, Amantine Aurore Lucile Dupin de Francueil, et Marie Curie.

    Je vous parlerai aujourd'hui de Georges Sand dont j'ai visité la maison en février 2020. C'est une romancière, dramaturge, épistolière, critique littéraire et journaliste française, née à Paris le 1er juillet 1804 et morte au château de Nohant-Vic le 8 juin 1876. Elle compte parmi les écrivains les plus prolifiques, avec plus de 70 romans à son actif et 50 volumes d'œuvres diverses dont des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre et des textes politiques.

    LA  BONNE  DAME  DE  NOHANT

    ce hameau est resté dan son jus, voici l'église.

    LA  BONNE  DAME  DE  NOHANT

     on pourrait penser que ceci est un lavoir, non, c'est l'entrée de la charmante petite église.

    LA  BONNE  DAME  DE  NOHANT

     l'intérieur de l'église

    LA  BONNE  DAME  DE  NOHANT

     on en fait le tour

    LA  BONNE  DAME  DE  NOHANT

     la maison principale du Chateau

    À l'image de son arrière-grand-mère, Madame Dupin (Louise de Fontaine, 1706-1799), qu'elle admire, George Sand prend la défense des femmes, prône la passion, fustige le mariage et lutte contre les préjugés d'une société conservatrice.

    LA  BONNE  DAME  DE  NOHANT

    George Sand a fait scandale par sa vie amoureuse agitée, par sa tenue vestimentaire masculine, dont elle a lancé la mode, par son pseudonyme masculin, qu'elle adopte dès 1829, et dont elle lance aussi la mode : après elle, Marie d'Agoult signe ses écrits Daniel Stern (1841-1845), Delphine de Girardin prend le pseudonyme de Charles de Launay en 1843.

    LA  BONNE  DAME  DE  NOHANT

    Décédée en 1876, j'étais terriblement émue de pouvoir m'incliner sur sa tombe

    LA  BONNE  DAME  DE  NOHANT

    Son jardin, nous étions fin janvier, et les perces neige, faisaient un beau tapis.

    LA  BONNE  DAME  DE  NOHANT

    Dans la salle à manger, la place a table d'Alexandre Dumas.

    Elle s'est aussi illustrée par un engagement politique actif à partir de 1848, inspirant Alexandre Ledru-Rollin, participant au lancement de trois journaux : La Cause du peuple, Le Bulletin de la République, l'Éclaireur, plaidant auprès de Napoléon III la cause de condamnés, notamment celle de Victor Hugo dont elle admirait l'œuvre et dont elle a tenté d'obtenir la grâce après avoir éclipsé Notre Dame de Paris avec Indiana, son premier roman.

    LA  BONNE  DAME  DE  NOHANT

    Tourgueniev était aussi l'un de ses invités.

    Son œuvre est abondante et la campagne du Berry lui sert souvent de cadre. Ses premiers romans, comme Indiana (1832), bousculent les conventions sociales et magnifient la révolte des femmes en exposant les sentiments de ses contemporaines, chose exceptionnelle à l'époque et qui divisa aussi bien l'opinion publique que l'élite littéraire. Puis George Sand ouvre ses romans à la question sociale en défendant les ouvriers et les pauvres (Le Compagnon du Tour de France) et en imaginant une société sans classes et sans conflit (Mauprat, 1837 ; Le Meunier d'Angibault, 1845).

    LA  BONNE  DAME  DE  NOHANT

    Sa chambre.

    Elle se tourne ensuite vers le milieu paysan et écrit des romans champêtres idéalisés comme La Mare au diable (1846), François le Champi (1848), La Petite Fadette (1849), Les Maîtres sonneurs (1853). Nous avons toutes et tous lu ces oeuvres 

    LA  BONNE  DAME  DE  NOHANT  

    derrière la fenêtre on voit le jardin endormi . C'est moi, j'étais bien là.

    Descendance

    Maurice, Jean-François Arnauld Dudevant, est né le 30 juin 1823 à Paris (1er arrondissement ancien) et décède le 4 septembre 1889 à Nohant-Vic. Il est écrivain et artiste, chevalier de la Légion d'honneur, le 17 mars 1860.

    Solange, Gabrielle Dudevant, est née à Nohant-Vic le 13 septembre 1828 et décède le 17 mars 1899 à Paris à son domicile au no 16 rue de la Ville-l'Évêque, dans le 8e arrondissement. Elle épouse le 19 mai 1847 à Nohant-Vic, Auguste, Jean-Baptiste Clésinger (né le 22 octobre 1814 à Besançon et décédé le 6 janvier 1883 à Paris, au no 6 rue de la Chaise dans le 7e arrondissement). Il est sculpteur et artiste-peintre.

    Ses enfants et petits enfants sont enterrés dans le petit cimetière de Nohant, auprés de Georges Sand.

    Si vous voulez tout savoir : George Sand — Wikipédia (wikipedia.org)

     

     

    « MONASTERE ROYAL DE BROU - 2 - DETAILSPROMESSES, PROMESSES.... »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Lundi 17 Mai à 17:19

    ho, superbe, j'adore!!! merci pour cette belle découverte, et très intéressante. gros bisous. cathy

    2
    Lundi 17 Mai à 18:02

    Merci pour la visite. J'adorerai la faire en vrai. Figure-toi que j'aime aussi beaucoup ces deux femmes ! Je comptais relire les œuvres complètes de George Sand cet hiver et puis j'ai fait autre chose, mais ce n'est que partie remise. Bisous

    3
    Lundi 17 Mai à 19:04

    Bonjour Mouneluna

    Merci de nous faire partager la vie de George Sand à travers ton reportage très instructif. Une femme très  moderne pour l'époque et une époque qui n'est pas si éloignée de la nôtre. J'en veux pour preuve, la table dressée qui pourrait accueillir aujourd'hui encore, nombre de convives.

    Bises

    4
    Lundi 17 Mai à 19:10
    Bonsoir Mouneluna ah oui très belle visite et photos de ce site où l'on en apprend sur cette grande dame merci bisous belle semaine à+
    5
    Lundi 17 Mai à 21:26
    Maya61
    Merci pour ce joli reportage
    Bisous
    6
    Lundi 17 Mai à 21:26
    Maya61
    Merci pour ce joli reportage
    Bisous
    7
    Mardi 18 Mai à 06:35

    une bien belle balade, j'ai trouvé l'entrée de l'église assez originale, ils étaient prévoyant en cas de pluie....passe un doux mardi

    8
    Mardi 18 Mai à 06:37

    j'ai oublié de te dire qu'il vaut mieux demander à ton banquier pour mettre la carte dans le distributeur, mon fils me dit que c'est faut, je regrette d'avoir mis cette page...doux mardi

    9
    Le Maître de Frimous
    Mercredi 19 Mai à 11:33
    Le Maître de Frimous
    La mare au diable. Un des premiers textes "littéraires" que j'ai lus. Merci de le rappeler cette lointaine époque. Et ces jours de débats sur l'écriture inclusive et l'égalité femme homme George Sand est une précurseuse.
    10
    Mardi 25 Mai à 06:04
    Marie-Claude

    Très intéressant, ce reportage sur le pays de G Sand, j'admire le tapis de perce-neige.

    MC

    11
    Mardi 25 Mai à 19:23
    Marenostrum

    J'avais raté cet article!!! Bien bel hommage à cette femme hors du commun. Et le village a l'air d'tre resté intact!. J'imagine facilement ton émotion devant sa tombe.

    J'espère que tout roule pour toi

    Bises

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :