• Avant de prendre son cours tumultueux, l'Ardéche se repose, à Labégude, puis passe sous le pont de Vals les bains et repart , un peu plus loin enne rencontre la Volane qui descend des monts d'Ardéche.

    la même en sépia


    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Comme je n'ai pas envie que Michel boude pendant 3 jours, je me suis empressée d'aller photographier les modillons de l'église Saint Hilaire, enfin ce qu'il en reste.

    un modillon sans tête, dommage on ne saura jamais  à quoi il ressemblait

    Et deux modillons sans tête, et à droite pas de modillon....

    Pour sauvez la face de mon église qui n'a pas de modillon, voici la barabacane qui se trouve au dessus de l'entrée.


    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Je suis un peu passée à coté des journées du patrimoine dans mon village de Chassiers.
    Mais je veux vous faire profiter de nos belles pierres.


    Chateau de la Vernade construit au XV ème siècle qui abrite maintenant l'hotel de ville de Chassiers.

    L'eglise Saint Hilaire fortifiée
    Située sur la place du village, elle a été construite à partir de 1396, pendant les troubles liés à la guerre de Cent Ans. Cette impressionnante forteresse présente extérieurement bien des signes de l'art militaire médiéval (muraille, donjon, échauguettes, bretèche et machicoulis). Une fois son seuil roman franchi, elle offre au visiteur une admirable volée de croisées d'ogives très pures.

    Sous l'église Saint Hilaire, la crypte de l'ancienne église, avec quelques détails architecturaux




    Jusqu'à cet été cette crypte était transformée en bibliothèque, mais elle devrait devenir un musée de la mine.


    L'étonnant patrimoine architectural de ce petit village tient au fait que son origine est très ancienne. En effet dès 545, un premier couvent de bénédictins s'y installa. Véritable bastion catholique, le village dût se défendre en 1562 contre les troupes huguenotes. Les murailles datant de 1529 et entourant le village ont disparus en 1820.


    La chapelle saint Benoit.
    Cet édifice roman situé en contrebas du village date probablement du XIIè siècle. Il est très original par son dédoublement énigmatique : deux nefs parallèles accolées et deux absides distinctes.
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire

  • Le village et son chateau au bord de l'Ardéche.
    Photo prise en hiver
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire

  • Aubignas est un petit village ardéchois installé sur les premiers contreforts du plateau volcanique du Coiron.
    Perché sur une colline aux confins de deux petites vallées, surplombé par des murs de basalte, il a su préserver sa nature de village de caractère et cohabite en parfaite harmonie avec la nature l'entourant.

    On s'approche encore un peu plus


    Aubignas est un charmant village loin des sentiers battus, une visite s'impose, dans ce beau paysage volcanique.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire

  • Les Vans, (07) 2700 habitants, 170 m d'altitude.

    Le pays des Vans est un lieu de villégiature trés prisé, par nos amis européens du nord
    Le chateau, qui n'a pas grand chose de médiéval
    apparemment on ne le visite pas

    Le centre ancien pris avec le zoom depuis la montagne de serre corniche des cevennes
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Aubenas tire son nom de sa position particulière en effet le terme romain, d'origine celte, "Albenate" signifie "le lieu d'en haut" on retrouve cette notion de hauteur dans la devise des Montlaur, les premiers seigneurs de la ville:
    "Montlaur, au plus haut !"

     

    La ville est perchée sur un rocher calcaire qui domine la moyenne vallée de l'Ardèche: position dominante, poste de guet stratégique entre les pentes des Cévennes granitiques où se complaît le châtaignier qui a participé à la renommée de la région au nord et à l'ouest, et le plateau calcaire méditerranéen à l'est et au sud

     

     

     

    Entre le vème et le Xème siècles, la colline a été l'objet d'une lutte tenace entre les évêques du Puy et ceux de Viviers pour venir y construire une place forte; l'évêque du Puy sort victorieux de ce long conflit et, au XIème siècle, inféode cette nouvelle possession au baron de Montlaur, originaire de la montagne ardéchoise (à la limite ouest du département).
    Cette famille va régner de 1084 à 1441 et construire le donjon, le mur d'enceinte et les deux grosses tours rondes du château qui est alors entouré de fossés. C'est pourquoi l'on appelle Aubenas " La cité des Montlaur ", seigneurs qui ont été à l'origine non seulement de l'essor économique de la ville, mais aussi du développement social et matériel de ses habitants.

    Pour accéder à la Terrasse « à l'échauguette » : on y accède par le portail à bossages du XVIIe; cette terrasse domine le berceau industriel de la ville.
    En contrebas, vue sur le canal de Baza, les moulinages et les filatures qui ont fait la richesse d'Aubenas.

    L'échauguette

    Dominant une partie de la vallée de l'ardéche voici, l'intérieur de la terrasse du chateau.

    Maison Delichères : face au château l'une des plus riches demeures du XVe, d'architecture gothique, ornée de gargouilles sculptées dans le grés.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire

  • Le chateau atteste pour le première fois en 1199, mais ses caractèristiques font penser qu'il a été fondé au XI ème siècle, pour controler le terroir rural de la signeurerie de Boulogne qui s'étendait sur les communes avoisinantes.


    Il est alors aux mains des puissants comtes de Poitiers valentinois qui possèdaient de nombreux autres chateaux à l'est et à l'ouest  du Rhône.

    En 1384, la seigneurerie de Boulogne est rachetée par Raoul de Lestrade, le fossé est approfondi, équipé d'un pont fixe et les remparts sont doublés pour mieux résister aux armes à feu qui font une timide apparition.


    En 1510, Louis de Lestrange était le 15 ème seigneur de Boulogne, descendant de Raoul, sa femme, Marie de Langeac, qu'il épousa en 1527 a été un personnage important à la cour de François 1er
    Au début de cette période les défenses de Boulogne sont améliorées pour meiux résister aux canons qui gagne en puissance.
    C'est alors que la grande tour circulaire du nord ouest est construite, et que le rempart actuel est edifié.



    Puis le forteresse se transforme en résidence Renaissance. Le fossé de la fin du moyen age est couvert d'un boulevard (grande voute)




    Et le porte renaissance précédée du pont levis est construite encadrée par eux corps de garde.
     




    C'est aussi à ce moment là que les premiers batiments sont construits contre l'enceinte
    Les premiers années du XVII ème siècle connaissent un regain de tension entre catholiques et protestants. Le seigneur d'alors, Claude Hautefort de l'Estrade, catholique, épouse Paule de Chambaud , dame de Pivas et fille d'un chef protestant, ce qui met le feu aux poudres dans la région.
    en 1632, déçu par la politique de Richelieu, il participe à une révolte contre le pouvoir qui échoue. Il est fait prisonnier et décapité.

    Durant cette période le chateau ne connait pas de long siège et évolue peu. Tout au plus, probablment aprés les guerres de la première moitié du XVII ème siècle, le portail est remanié tel qu'on le voit à l'heure actuelle.



    De style manièré et baroque, doté de 2 colonnes torses. Il présente une originalité etévoqu la fin du XVII eme et le début du XVIII ème siècle.

    Durant le révolution de 1789, le 25ème et dernier seigneur de Boulogne, Charles - César de Foy , marquis de la Tour Maubourg s'enfuit en Suisse.
    Les vassaux envahissent le chateau pour confisquer les poids et mesures qui servaient au calcul des redevances signeuriales. Le chateau fut alors vendu comme bien national.
    En 1820, un habitant de la région, l'acheta pour le dépecer et vendre les plus belles pierres.




    en 1917, les ruines du chateau ont été classées " Monument historique". Depuis 1970, ses ruines sont régulièrement consolidées.

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Non ce n'est pas l'Ouvèze qui passe à Vaison la Romaine, mais celle qui passe à Privas jusqu'à ce qu'elle se jette dans le Rhône au Pouzin.


    Elle descend.....


    Elle devient plus large


    Elle arrive au Pouzin


    Ce vieux pont n'est pas romain, mais il ne date pas d'aujourd'hui.


    Le ciel était un peu nuageux, mais les reflets de l'eau sont interressants


    et voila l'Ouvèze va bientot méler ses eaux avec le Rhône.

    Quel plaisir de mettre des photos avec l'ADSL (7 minutes chrono)
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Ce col est bien connu des chasseurs et aussi des anti chasseurs, qui viennent manifester à cet endroit lors du passage des oiseaux migrateurs.
    Il existe en haut du col un ancien hotel transformé en siège de la Fédération des chasseurs de l'Ardéche.



    Nous prenons souvent cette route pour passer d'Aubenas à la vallée du Rhône. Le paysage y est trés beau.


    Un peu plus bas on voit le col de l'Arénié



    Au centre les faubourgs de Privas


    on descend pour arriver a Privas


    on passe Privas puis on arrive dans la vallée de l'Ouvèze.
    mais je vous en reparlerais une autre fois
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique